Jeune homme baptisé

Le rapport entre le baptême et le pardon des péchés a toujours été sujet à débat.

L’Église catholique romaine et les Églises orthodoxes ont toujours persisté à enseigner que le baptême en lui-même est une cause produisant le pardon des péchés. On parle de salut par le sacrement, le baptême faisant partie des sacrements qui sont, non seulement des signes visibles d’une grâce invisible, mais aussi des causes qui produisent cette grâce. Ainsi, même un bébé qui reçoit le sacrement du baptême obtient le pardon de ses péchés, sans avoir à passer par une démarche de changement ou de conversion. C’est au cours du Moyen-Age que le salut par la grâce, par le moyen de la foi, a été remplacé par ce salut par le sacrement.

Certaines sectes et un petit nombre des descendants du protestantisme ont gardé la position sacerdotale de l’Église catholique romaine et des Églises orthodoxes pour enseigner qu’il ne peut y avoir de pardon des péchés sans baptême. La notion de sacerdoce indique la fonction de médiation entre Dieu et l’humanité, ce qui signifie que vous devez être baptisé uniquement par leurs prêtres ou pasteurs licenciés. On peut citer comme exemple, l’Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours, appelée aussi mormonisme, et l’Église Pentecôtiste Unie.

La plupart des églises évangéliques issues de la réforme protestante enseignent, quant à elles, que le baptême est important en tant que signe visible de la justification par la foi et de l’incorporation à l’église, mais il n’est pas un moyen pour obtenir le pardon des péchés. C'est la position que nous défendons dans cet article.

Comment peut-on arriver à la conclusion que le baptême est essentiel pour obtenir le pardon de nos péchés ?

L’un des points majeurs de la controverse se porte sur la traduction du mot εἰς de Actes 2:38.

La traduction de Actes 2:38

Pierre leur dit : Repentez-vous, et que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus-Christ, pour [εἰς] le pardon de vos péchés ;

Le mot Grec εἰς, tout comme sa traduction française "pour", peut signifier "en raison du" ou "dans le but de". Par exemple, si quelqu’un dit : "je prends un médicament pour mon mal de tête", il est évident qu’il s’agit de prendre un médicament en raison de son mal de tête et non dans le but d’avoir mal à la tête. En revanche, s’il dit : "j’ai reçu un cadeau pour mon anniversaire", nous comprenons qu’il a reçu un cadeau en raison de son anniversaire et non dans le but de son anniversaire, ce qui n’a aucun sens. Le contexte détermine le sens du mot.

Actes 2:38 peut donc être interprété comme signifiant que :

  1. Le baptême est la condition préalable pour le pardon des péchés. Nous sommes baptisés dans le but d’obtenir le pardon de nos péchés.

  2. Le pardon des péchés est la base, le motif pour être baptisé. Nous sommes baptisés en raison de nos péchés déjà pardonnés.

Pour faire le bon choix d’interprétation, il est nécessaire de s’appuyer sur ce que le reste de la Bible dit au sujet du pardon des péchés. Et il s’avère que jamais le pardon des péchés n’est conditionné par le baptême.

Qui reçoit le pardon des péchés ?

Celui qui invoque le nom de Jésus

Nous pouvons lire dans le même livre des Actes que celui qui invoque le nom de Jésus reçoit le pardon des péchés.

Sois baptisé et lavé de tes péchés, en invoquant le nom du Seigneur (Actes 22:16)

Il est à noter que "invoquer le nom du Seigneur" ne signifie pas prononcer verbalement son nom comme une formule magique mais demander son aide, son secours. On peut par exemple invoquer une excuse pour ne pas venir à une réunion.

Mais on peut se poser la question suivante : est-ce le fait d'être baptisé qui lave le candidat au baptême de ses péchés ou le fait d'invoquer le nom du Seigneur ? D’autres écrits de Paul lui-même permettent de lever cette ambiguïté :

Car quiconque invoquera le nom du Seigneur sera sauvé (Romains 10:13)

Quiconque invoquera le nom du Seigneur sera sauvé (Actes 2:21 qui est une référence à Joël 2:28)

Il n’y a pas de référence au baptême dans ces passages-là mais uniquement à celui d’invoquer le nom du Seigneur.

Celui qui croit en Jésus

Nous pouvons aussi lire que Jésus pardonne voyant la foi et non le baptême.

Jésus, voyant leur foi, dit au paralytique: Mon enfant, tes péchés sont pardonnés. (Marc 2:5)

Tous les prophètes rendent de lui le témoignage que quiconque croit en lui reçoit par son nom le pardon des péchés. (Actes 10:43)

Conclusion

Nous avons vu que jamais le pardon des péchés n’est conditionné par le baptême. Jésus pardonne plutôt voyant la foi de celui qui l’invoque, c’est-à-dire, celui qui fait appel à son aide. Nous sommes baptisé non dans le but d’obtenir le pardon de nos péchés mais en raison de nos péchés pardonnés. 

Le baptême est bien sûr important en tant que signe visible de la justification par la foi et de l’incorporation à l’église de quelqu’un dont les péchés ont déjà été pardonnés.

Paul lui-même disait :

Ce n’est pas pour baptiser que Christ m’a envoyé, c’est pour annoncer l'évangile. (1 Corinthiens 1:17)

Et cet évangile (bonne nouvelle) est centré sur l’œuvre expiatoire de Jésus (voir 1 Corinthiens 15:1-4 et Romains 1:1-4). Annoncer l’évangile est plus important que baptiser. Avoir ses péchés pardonnés faisant appel à l’aide de Jésus est plus important que d’être baptisé, et cela s’obtient par grâce par le moyen de la foi, pas par quelque œuvre que ce soit, le baptême inclus.