Jeune homme baptisé

Le rapport entre le baptême et le pardon des péchés a toujours été sujet à débat.

L’Église catholique romaine et les Églises orthodoxes ont toujours persisté à enseigner que le baptême en lui-même est une cause produisant le pardon des péchés. On parle de salut par le sacrement, le baptême faisant partie des sacrements qui sont, non seulement des signes visibles d’une grâce invisible, mais aussi des causes qui produisent cette grâce. Ainsi, même un bébé qui reçoit le sacrement du baptême obtient le pardon de ses péchés, sans avoir à passer par une démarche de changement ou de conversion. C’est au cours du Moyen-Age que le salut par la grâce, par le moyen de la foi, a été remplacé par ce salut par le sacrement.

Certaines sectes et un petit nombre des descendants du protestantisme ont gardé la position sacerdotale de l’Église catholique romaine et des Églises orthodoxes pour enseigner qu’il ne peut y avoir de pardon des péchés sans baptême. La notion de sacerdoce indique la fonction de médiation entre Dieu et l’humanité, ce qui signifie que vous devez être baptisé uniquement par leurs prêtres ou pasteurs licenciés. On peut citer comme exemple, l’Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours, appelée aussi mormonisme, et l’Église Pentecôtiste Unie.

La plupart des églises évangéliques issues de la réforme protestante enseignent, quant à elles, que le baptême est important en tant que signe visible de la justification par la foi et de l’incorporation à l’église, mais il n’est pas un moyen pour obtenir le pardon des péchés. C'est la position que nous défendons dans cet article.

Comment peut-on arriver à la conclusion que le baptême est essentiel pour obtenir le pardon de nos péchés ?

L’un des points majeurs de la controverse se porte sur la traduction du mot εἰς de Actes 2:38.