Boule de sapin de Noël et reflet de la croix

Vous avez probablement lu ou entendu que Noël est une fête d’origine païenne, et en voulant bien faire, vous êtes préoccupé en cette période de l’année. Si vous vous demandez s’il faut célébrer Noël ou non, s’il faut boycotter la famille qui se retrouve pour célébrer Noël, etc., cet article est pour vous.

Un bref rappel des origines de Noël

Noël est une fête d’origine romaine commémorant la naissance de Sol Invictus, une divinité solaire apparue dans l’Empire romain au IIIe siècle. Pour cela, l’empereur romain Aurélien a choisi la date du 25 décembre, le lendemain de la fin des Saturnales, qui correspond aussi au jour de naissance de la divinité solaire Mithra. Aurélien, qui souhaite unifier religieusement l’empire, a fait ce choix pour contenter les adeptes de Sol Invictus et du mithraïsme. Plus tard, au début du IVe siècle, le christianisme s’ajoute à la liste de ceux qui célèbrent une naissance à Noël : la naissance de Jésus de Nazareth.

Que faire donc ? Ce n’est pas une mauvaise chose de célébrer Noël sous prétexte que c’est une fête d’origine païenne. La question pertinente est plutôt de savoir si nous avons l’intention d’adorer une idole à travers la fête de Noël. La plupart des gens, y compris ceux qui ne sont pas Chrétiens pratiquants, célèbrent Noël en tant que jour de naissance de Jésus. Si cela fait l’objet d’un large consensus, alors personne ne peut affirmer que la célébration de Noël devrait être interdite aux croyants.

Soyez pragmatique

La Bible dit qu’une idole n’est rien en soi, par conséquent, ne soyez pas offensé par elle :

Que dis-je donc ? Que la viande sacrifiée aux idoles est quelque chose, ou qu’une idole est quelque chose ? Nullement. - 1 Corinthiens 10:19

L'apôtre Paul a su être pragmatique et a utilisé des éléments païens à son avantage. Au lieu de les boycotter, inspiré de Dieu, il a trouvé des moyens innovants de les utiliser pour partager la bonne nouvelle. Il a dit :

Avec les Juifs, j’ai été comme Juif, afin de gagner les Juifs ; avec ceux qui sont sous la loi, comme sous la loi (quoique je ne sois pas moi-même sous la loi), afin de gagner ceux qui sont sous la loi ; avec ceux qui sont sans loi, comme sans loi (quoique je ne sois point sans la loi de Dieu, étant sous la loi de Christ), afin de gagner ceux qui sont sans loi. J’ai été faible avec les faibles, afin de gagner les faibles. Je me suis fait tout à tous, afin d’en sauver de toute manière quelques-uns. Je fais tout à cause de l’Évangile, afin d’y avoir part. - 1 Corinthiens 9:20-23

Le légaliste peut être contrarié mais choisissons d’être attentifs aux opportunités de briller dans notre monde.

Conclusion

Baser une interdiction, aujourd’hui, sur une extrapolation à partir d’une histoire archaïque, inconnue de la grande majorité des gens, friserait le légalisme. Qu’est-ce cela prouverait à nos proches ? Ils nous prendraient pour des religieux fanatiques et ils pourraient être blessés et déçus. Comment un tel comportement ferait la promotion de la vie chrétienne ? Comment une telle auto-exclusion révélerait-elle l’amour de Dieu envers notre famille et nos amis ?

Ne laissons personne déverser leur légalisme et leurs règles pharisaïques sur nous. Cela ne causera que de la douleur et ne fera rien de bon pour évangile à part d’éloigner les gens de nous.

Soyons simplement généreux et remplis d'amour, offrons un petit cadeau ou un sourire et passons de bons moments en famille.

Joyeux Noël à tous !