Salivation d'un chien face à une viande

Nous avons vu précédemment la différence de nature et de but entre le parler en langues de la Bible et le parler extatique du mouvement charismatique moderne (20ième – 21ème siècle).

Dans cet article, nous examinerons les dangers de ce dernier pour voir si nous pouvons la considérer comme provenant de Dieu.

Techniques de conditionnement

Ayant passé pas mal d'années dans le milieu charismatique, j’ai été témoin de techniques parfois douteuses pour arriver à l’expérience du parler en langues moderne. J’ai vu des gens guidés dans leur prière à porter leur attention sur un point fixe en leur disant par exemple de penser à la croix ; puis, à répéter une courte phrase comme : "Alléluia", de plus en plus vite. Tout cela encouragé, à la manière d’une sage-femme pendant un accouchement, par des « plus vite », « plus fort », voire des « donne ta langue à Jésus »...?! Votre attention étant tournée ailleurs que sur vos paroles, avec l’usure, vous n’en pouvez plus, et votre langue commence à fourcher. Le tout se termine par des embrassades et des félicitations car vous venez de parler en langues.

Avec du recul, j'ai réalisé que l’expérience charismatique moderne est provoquée à l’image de celles des religions orientales. On retrouve un bruit monotone, la fixation d’un point comme pour produire l’hypnose, la prolongation de l’immobilité, le jeûne, la veille... Tant de techniques qui ont pour but de détourner l’attention consciente du sujet pour mieux soumettre son inconscient à l’influence du dirigeant. De telles techniques peuvent amener à une altération de la conscience pour nous faire sentir des phénomènes physiques tels que le resserrement des muscles de la gorge, un léger tremblement, un sentiment de joie intense, voire des visions. Je ne dis pas que ces techniques sont mauvaises mais les expériences provoquées par elles sont très loins des expériences authentiques et bibliques.

Je ne peux pas non plus m'empêcher de penser à l’expérience de la technique du conditionnement d'Ivan Pavlov : il a fait entendre un son à un chien affamé. Normalement un chien ne salive pas suite à un son mais suite à la présentation de nourriture. Ivan Pavlov a, ensuite, associé le son et la présentation de nourriture de manière régulière et rapprochée : le son, puis la nourriture. Il a remarqué que progressivement la salivation débute dès l'apparition du son. Avec le temps, par une procédure d’apprentissage, le chien anticipe la présentation imminente de la nourriture grâce au stimulus sonore et le son tout seul finit par entraîner désormais la salivation.

De la même manière, un bébé qui a faim va émettre des sons aléatoires même s’ils ne veulent rien dire, parce qu’il sait que quand il l’a fait auparavant, ses parents sont venus lui donner à manger. Il en est de même pour le chrétien charismatique qui pratique le parler extatique. Il va toujours émettre des sons aléatoires qui ne convoient aucun message parce que ce comportement répond à un besoin, même s’il n’y a aucun lien réel entre la cause et l’effet comme entre le son et la salivation du chien de Pavlov.

Cela n’est bien sûr pas sans dangers. On peut citer les quelques dangers suivants :

Dépendance

La glossolalie moderne répond à un besoin dans le sens qu’elle peut procurer une certaine satisfaction passagère : une sensation de bien-être, un sentiment d’être sous la puissance de Dieu, un sentiment d’approbation de Dieu, un sentiment de présence immédiate de Dieu, un sentiment de supériorité, un sentiment d’appartenance un groupe, etc. Comme une drogue, elle répond à un besoin immédiat mais peut aussi susciter une dépendance à long terme.

On entend souvent dire : « je me sens bien quand je parle en langues, ça doit venir de Dieu », mais depuis quand le Chrétien doit-il décider si une chose vient de Dieu ou non en fonction de sensations et sentiments personnels ? En réalité, l'intensité émotive n’est pas synonyme de vérité et de spiritualité. Il vaut mieux s’ancrer solidement dans la Parole de Dieu.

Beaucoup de chrétiens sont déçus d'un service d'adoration ou d'une réunion de prière s'ils n'ont pas parlé en langues, s'ils ne sont pas tombés à la renverse ou eu une sensation forte. Mais est-ce les sensations fortes que Dieu veut que nous recherchions ?

Égocentrisme et esprit de compétition

Même le vrai parler en langue de la Bible était déconseillé par Paul en public s’il n’y avait pas interprétation car, dans ce cas, il n’édifiait pas les autres. C'était égoïste et égocentrique. A combien plus forte raison le parler extatique du mouvement charismatique moderne ? On constate cet égocentrisme dans le milieu pentecôtiste : tout est centré sur moi, regardez-moi, écoutez-moi, je parle en langues plus que toi... Et on entend des rugissements et des vociférations dans les réunions comme si chacun cherchait à crier plus fort que tous les autres. 

Pour beaucoup, l’expérience du parler en langues moderne est un signe d’une spiritualité supérieure, d’une « meilleure » expérience qu’eux seuls ont eu le privilège de faire. Pour les plus extrémistes, il s’agit du signe que vous êtes enfants de Dieu, rempli ou baptisé du Saint-Esprit. On voit apparaître les termes « plein évangile » ou « deuxième bénédiction », comme pour dire que ce que les autres expérimentent est insuffisant. C’est souvent l’orgueil qui s’installe.

Le chrétien immergé dans ces milieux et qui ne parle pas en langues peut avoir le sentiment de ne pas avoir la présence de Dieu dans sa vie, de ne pas produire assez de fruit, ou tout simplement de ne pas être un enfant de Dieu. Ce qui est bien sûr totalement faux.

L’indifférence doctrinale

Le mouvement charismatique favorise aussi souvent l’indifférence doctrinale car les « expériences spirituelles », en l’occurrence le parler en langues, sont exaltées au détriment des vérités révélées par la Parole de Dieu.

En février 1967, une trentaine d'étudiants de l'université catholique de Duquesne, en Pennsylvanie, durant un weekend d'étude biblique, ont expérimenté la glossolalie moderne. Ils affirment avoir fait l'expérience du baptême dans le Saint-Esprit. De là est né le Renouveau Charismatique Catholique, un mouvement de réveil catholique apparu sous l’influence du mouvement pentecôtiste. On ne peut pas dire que leur parler en langues et différent de celui des pentecôtistes car ils sont allés vers des pasteurs pentecôtistes pour découvrir et faire cette expérience. Pour en savoir plus sur ce mouvement, vous pouvez aller ici.

Le mouvement est accueilli plutôt favorablement par la hiérarchie catholique, intéressée par son dynamisme. En 2007, lors d’une conférence des évêques de France, ces derniers constatent que :

Si dans un premier temps l’impression de vouloir former une Église nouvelle a pu être donnée par certaines communautés, on voit aujourd’hui combien elle participe plutôt au renouvellement de l’Église. (source)

Je cite cette histoire pour illustrer le fait que contrairement à l'attente générale de voir ces catholiques charismatiques quitter l'Eglise Catholique et ses doctrines, ce mouvement a plutôt ramené au catholicisme ceux qui s'en étaient éloignés et ranimait leurs dévotions à Marie, les poussait à se confesser plus fréquemment, etc.

Au Congo, un responsable catholique des jeunes au Renouveau charismatique, dit ceci :

On ne se positionne pas contre les Églises de réveil, mais on veut leur montrer que la Vérité est aussi chez nous. Certaines Églises avaient effectivement raison de dénoncer un certain occultisme dans nos pratiques, comme, par exemple, le fait que ne pouvait tenir la bible et prêcher que le prêtre. Mais, avec le renouveau, nous voulons montrer que le Saint Esprit est également dans l’église catholique. - Serge Nienze (source)

Quand le consolateur sera venu, l’Esprit de vérité, il vous conduira dans toute la vérité ; (Jean 16 :13)

Le constat que nous pouvons faire est que cette expérience de la glossolalie moderne n’est pas un signe que celui qui le fait est dans la vérité ou est conduit dans toute la vérité. Elle lui fait plutôt croire qu’il est déjà dans le vrai et les autres non. Ce qui est une déception. Dans les communautés à forte influence charismatique, l'expérience prime sur la doctrine et supplante l'étude sérieuse des Écritures. Plus vous parlez en langues, plus vous goberez de fausses doctrines parce que vous êtes préparé petit à petit à perdre votre esprit critique.

Conclusion

Il semblerait que le parler en langues moderne n’est qu’une déception. Il peut être provoqué par des techniques bien connues. Il joue avec nos émotions. Il peut répondre à un besoin immédiat comme une drogue, mais suscite une dépendance et engendre de sérieux problèmes pour notre foi à long terme.

Pourquoi placer les signes visibles au-dessus la Parole de Dieu pour bâtir notre foi ? Il n’y a pas besoin de signe pour avoir la certitude d’être un enfant de Dieu quand on a foi en Lui et en Sa Parole. En Matthieu 12:39, Jésus s’en est pris à la génération qui a exigé des signes pour croire. Demander des signes, c’est faire preuve d’un manque de foi et d'immaturité spirituelle.

Ce n’est pas parce qu’une expérience spirituelle ressemble à ce qu’on retrouve dans un passage de la Bible qu’elle provient de Dieu.

Que Dieu nous conduise dans toute la vérité et nous délivre de toute déception.