Chrétiens sionistes

 

On entend de plus en plus souvent parler de fondamentalisme dans le milieu chrétien mais surtout en arrière plan du terrorisme. Mais qu’est-ce que le fondamentalisme ? D’où vient-il ? Cet article contient une synthèse qui résume la définition et l’origine du fondamentalisme, mais aussi les problèmes qu’il pose.

Qu’est-ce que le fondamentalisme ?

Le fondamentalisme est apparu aux États-Unis. Au début du 20ème siècle, un certain nombre de chrétiens protestants américains se sont réclamés de l’appellation de “fondamentalistes”. Que voulaient-ils dire par là ?

Ils trouvaient que la foi chrétienne était en perdition, que l’on devenait trop laxiste sur les mœurs et qu’il fallait revenir aux fondamentaux de la foi. Ils se sont donc appelés “fondamentalistes” en référence aux points de la foi qui leur paraissent fondamentaux.

Le terme en est venu aujourd’hui à désigner des mouvements de nature différente, au sein des trois grandes religions monothéistes (le Judaïsme, le Christianisme et l’Islam), mais qui ont quelques points communs : celui de se réclamer d’une interprétation littérale des textes religieux et d’en faire le guide de leurs actions politiques, de leur comportement d’exclusivisme et d’isolation, voire de leur conflit défensif avec qui ne partage pas cette approche.

La lecture fondamentaliste de la Bible

Le fondamentalisme est donc une quête obsessionnelle de pureté et de simplicité. Les fondamentalistes défendent souvent une idée avec une passion aveugle et terriblement simplificatrice. Ils se sont opposés à toute ouverture théologique et ont adopté une lecture littérale de la Bible dans le sens qu’ils accordent au texte une vérité sans se soucier du contexte historique de sa rédaction, son genre, etc.

Un des points qu’ils considèrent fondamental est l’inerrance biblique, c’est-à-dire, la croyance que la Bible ne comporte aucune erreur dans ses manuscrits d'origine, tant en ce qui concerne la foi et la vie du croyant, qu'au sujet de l'authenticité du texte et des détails scientifiques, historiques et géographiques.

Pour eux, tout ce que la Bible enseigne est littéralement vrai, pas besoin d’effort de compréhension supplémentaire qui tienne compte du développement historique du texte. Les idées que les fondamentalistes défendent ne souffrent d’aucune alternative, elles sont absolument inébranlables et toutes tentatives de débat semblent vaines.

Par exemple, ils prennent à la lettre le récit de la création du livre de la Genèse et enseignent une création de l’univers en six jours, une terre âgée d’environ 10000 ans, qu’Adam et Eve auraient mangé un fruit au sens littéral du terme, et qu’il s’agirait de faits et non de mode de récit.

Tout ce que la science moderne peut dire n’a aucun poids. Les fondamentalistes contestent la modernité et opposent à tort la Bible et la Science. En cela, ils donnent une très mauvaise image du Christianisme.

Un courant théologique et politique

Alors que le fondamentalisme était au départ un courant théologique, il est aussi devenu un courant politique. Certains fondamentalistes ont eu une influence qui n’est pas négligeable sur des décisions politiques au cours de l’histoire.

Aux États-Unis par exemple, les fondamentalistes se sont tenus pendant longtemps hors de la scène politique, se contentant de défiler les dimanches après-midi pour réclamer l’interdiction de la vente d’alcool dans les supermarchés, ou encore pour faire signer des pétitions contre l’enseignement de l’évolutionnisme à l’école. Mais à partir des années Ronald Reagan, le 40ème président des États-Unis entre 1981 et 1989, ce courant a exercé une influence politique croissante sur un certain nombre de problèmes. Des problèmes de mœurs, principalement, mais il y avait aussi un très fort soutien à Israël. C’est un courant qui a tendance à absoudre le gouvernement Israélien de toutes exactions parce que c’est le peuple biblique, c’est le peuple de l’ancienne alliance. Ils se disent sionistes et se lient aux ultras religieux Juifs qui veulent pousser les Arabes et les Musulmans en dehors de la cité sainte.

L’entrée des fondamentalistes sur la scène politique a assuré la réélection de Ronald Reagan en 1984, et peu de temps après, les élections et réélections de Bill Clinton et George W. Bush.

Conclusion

Le fondamentalisme est donc d’un courant théologique mais dont l’influence politique est forte.

Dans le fondamentalisme, la notion d’autorité est mise en avant. L’autorité est normative, qu’elle soit placée dans un texte ancien ou dans un leader.

Aussi, en pratiquant une forme extrême de littéralisme, les fondamentalistes passent à côté de l’intention qui se cache derrière un texte. Les proches de Jésus et ses critiques telles que les rabbins Juifs ont aussi souvent pris au sens littéral ce que Jésus disait avec des symboles ou des métaphores. Il a, par exemple, parlé de détruire et de rebâtir le Temple en trois jours (Jean 2:19), mais il n’a pas ici fait référence à l’édifice mais à son corps. Au chef religieux, Nicodème, il a parlé de naître de nouveau (Jean 3:3), mais en cela, il ne signifiait pas littéralement rentrer dans le sein de sa mère et naître, même si Nicodème pouvait bien le penser. Il s’est arrêté à la lettre et a manqué de voir l’esprit caché derrière. Enfin, dans Marc 7:3-27, les pharisiens et scribes ont beaucoup d’observances traditionnelles, comme le lavage des ustensiles et des mains avant de manger, conformément à la tradition des anciens et à leur interprétation littéraliste des textes. Mais Jésus les traite d’Hypocrites car ils honorent Dieu des lèvres mais leur cœur est éloigné de Lui. En réalité, l’intention de Dieu était qu’ils se purifient non des souillures qui viennent de l’extérieur (sens littéral) et qui, en réalité, ne souillent pas l’homme, mais de celles qui viennent du cœur : les mauvaises pensées, les adultèrent, les meurtres, les vols, l’orgueil, etc.

Oui, la Bible est remplie de vérités spirituelles communiquées à travers de langage symbolique. A nous donc, chrétiens, de faire les efforts nécessaires dans nos études pour endiguer le fondamentalisme et bien comprendre ce que Dieu veut de nous. C’est ainsi que nous serons réellement le sel de la terre et la lumière du monde.