Il est fort probable que vous ayez déjà entendu cette phrase utilisée dans l’intention de décourager toute forme de désaccord dans l’église. En effet, les dirigeants fragiles et abusifs disent souvent à leurs membres que s’ils questionnent leurs enseignements ou leur autorité, ils touchent à l’oint de Dieu et risquent de tomber sous le jugement de ce dernier. Pour cela, ils se basent sur le passage suivant :

 Ne touchez pas à mes oints, et ne faites pas de mal à mes prophètes ! 1 Chroniques 16 :22

Pour beaucoup, ce passage signifie : tu ne devrais pas me critiquer, je suis l’oint de Dieu. Mais est-ce qu'il signifie que je ne devrais pas confronter un homme de Dieu quand je pense que son enseignement s’écarte de la vérité ? Est-ce que ce passage est pris hors de son contexte ? Le but de cet article est de faire la lumière sur ce passage pour qu’il ne soit plus un prétexte d’abus spirituel.

Un préjudice physique

Tout d’abord, il est à noter que « oints de l’Eternel » est une référence aux rois de la nation d’Israël. Les rois Saül et David (Psaumes 20 :7) sont appelés oints de Dieu.

Alors que Saül est à la poursuite de David avec trois mille hommes d’élite. David et ses gens les retrouvent vulnérables et à leur merci dans une caverne. Mais David choisit d’épargner Saül car il est l’oint de l’Eternel.

Les gens de David lui dirent : Voici le jour où l’Éternel te dit : Je livre ton ennemi entre tes mains ; traite-le comme bon te semblera. David se leva, et coupa doucement le pan du manteau de Saül. Après cela le cœur lui battit, parce qu’il avait coupé le pan du manteau de Saül. Et il dit à ses gens : Que l’Éternel me garde de commettre contre mon seigneur, l’oint de l’Éternel, une action telle que de porter ma main sur lui ! Car il est l’oint de l’Éternel. Par ces paroles David arrêta ses gens, et les empêcha de se jeter sur Saül. (1 Samuel 24 :5-7)

Nous voyons ici que Saül est l’oint de l’Eternel mais cela ne l’empêche pas d’être dans l’erreur. Nous voyons aussi que David ne veut pas le toucher, c’est-à-dire, porter la main sur lui ou lui faire subir un préjudice physique. C’est bien ainsi que nous devons comprendre « toucher l’oint de l’Eternel ».

La mention des prophètes est une référence aux patriarches avec qui Dieu a traitée alliance :

Il se rappelle à toujours son alliance, ses promesses pour mille générations, l’alliance qu’il a traitée avec Abraham, et le serment qu’il a fait à Isaac ; Il l’a érigée pour Jacob en loi, pour Israël en alliance éternelle, disant : Je te donnerai le pays de Canaan comme héritage qui vous est échu. Ils étaient alors peu nombreux, très peu nombreux, et étrangers dans le pays, et ils allaient d’une nation à l’autre et d’un royaume vers un autre peuple ; Mais il ne permit à personne de les opprimer, et il châtia des rois à cause d’eux : Ne touchez pas à mes oints, et ne faites pas de mal à mes prophètes ! (Psaumes 105 :8-15)

Dieu n’a permis à personne de les atteindre physiquement.

La première chose à retenir est donc que dans le contexte, « toucher » signifie faire subir un préjudice physique.

Qui est l’oint de l’Eternel aujourd’hui ?

Dans la Nouvelle Alliance, nous sommes tous oints car nous faisons tous partie du corps de Christ qui est oint.

Nous avons tous, en effet, été baptisés dans un seul Esprit, pour former un seul corps, soit Juifs, soit Grecs, soit esclaves, soit libres, et nous avons tous été abreuvés d’un seul Esprit. (1 Corinthiens 12 :13)

Pour vous, vous avez reçu l’onction de la part de celui qui est saint, et vous avez tous de la connaissance. (1 Jean 2 :20)

Personne ne devrait donc se considérer plus oint ou supérieur. Vous voulez un titre ? Pourquoi pas « serviteur » ou « esclave » ?

Et quiconque veut être le premier parmi vous, qu’il soit l’esclave de tous. (Marc 10 :44)

Peut-on exposer ou réprimander l’oint de l’Eternel ?

Oui. En effet, c’est exactement ce que David a fait à Saül en lui coupant le pan du manteau ou encore en le réprimandant devant ses hommes (voir 1 Samuel 26 :18-25). L’acte de couper le pan du manteau du roi est très symbolique et touche directement l’autorité du roi en présence de ses hommes. Non seulement David, mais Samuel a aussi repris Saül lorsque celui-ci a été désobéissant pendant la guerre contre les Amalécites (voir 1 Samuel 15.) Saül a avoué sa faute en disant à Samuel :

J’ai péché, car j’ai transgressé l’ordre de l’Éternel, et je n’ai pas obéi à tes paroles ; je craignais le peuple, et j’ai écouté sa voix. (A Samuel 15 :24)

Il est l’oint de l’Eternel, mais il a craint le peuple et l’a écouté.

Nous avons vu que nous sommes désormais tous l’oint de l’Eternel et nous devrions donc tous accepter la correction si quelqu’un vient pointer du doit nos erreurs. David a aussi été repris par le prophète Nathan pendant qu’il était roi et il a accepté la correction. Il n’a pas dit « ne touchez pas à l’oint de l’Eternel » pour se protéger.

Conclusion

Ce que nous voyons dans l’histoire de Saül et David est exactement ce que nous voyons encore aujourd’hui : des leaders qui commettent des erreurs (personne n'est parfait) et qui abusent des membres de diverses manières. De leur position d’autorité, ils ont appris à réduire sous silence tous ceux qui viennent défier ce qu’ils peuvent dire ou faire.

Il est facile de ne pas confronter la fausseté aujourd’hui, par contre, il est facile de pointer du doigt sur ceux qui le font.

Enfin, d’après l’apôtre Paul, les chrétiens de Bérée avaient

« Des sentiments plus nobles car ils examinaient  chaque jour les Écritures, pour voir si ce qu’on leur disait était exact. » (Actes 17 :11)

Si quelqu’un est vraiment oint, il encouragerait les membres à sonder les Écritures et discerner ce qui est vrai de ce qui ne l’est pas, y compris en ce qui concerne ses propres enseignements.

Qu'en pensez-vous ? Vous a-t-on déjà réduit au silence en vous disant "Ne touchez pas l'oint de Dieu" ? Nous serions heureux de lire vos commentaires.