Rouleau de papyrus

Pour bien interpréter un texte, il est important d’analyser son contexte en se posant des questions telles que : Qui est l’auteur ? Quand a-t-il été rédigé ? A quel endroit ? Qui sont les destinataires ? etc. C’est ce que je vous propose de faire dans cet article en étudiant le Pentateuque, c’est-à-dire, les cinq premiers livres de la Bible (Genèse, Exode, Lévitiques, Nombres et Deutéronome qui constituent la Torah pour les Juifs), avec un accent sur la Genèse.

Je suis convaincu que connaître qui a écrit le livre de la Genèse et quand nous aidera par la suite à comprendre pourquoi il a été écrit et combien il est compatible ou non avec la science moderne.

D’après les traditions

Le Pentateuque est anonyme. Son ou ses auteurs ne sont pas clairement identifiés dans le texte. Il est attribuée à Moïse par les traditions juive, chrétienne et musulmane. C’est la position la plus répandue jusqu’au XVIIe siècle [1] mais remise en cause par des auteurs juifs tels que le rabbin andalou Abraham ibn Ezra dès le XIIe siècle, puis par des exégètes chrétiens tels que Andreas Rudolf Bodenstein ou Andreas Masius à partir du XVe siècle.

Cette position place la rédaction du Pentateuque au deuxième millénaire avant notre ère puisque, d’après le Seder Olam Rabba, un traité consacré à la chronologie biblique et juive, Moïse serait né en 1523 av. J.-C.

D’après la recherche moderne

La recherche moderne a pu établir que le Pentateuque a été composé par plusieurs rédacteurs. En effet, la position traditionnelle est difficile à tenir à cause de quelques difficultés venant du texte lui-même. En voici quelques exemples :

Moïse est décrit à la troisième personne

Non seulement cela mais Moïse est aussi décrit au passé, ce qui indique une rédaction plus tardive. Les références telles que les suivantes ont suscité des interrogations :

Voici les paroles que Moïse adressa à tout Israël, de l’autre côté du Jourdain, dans le désert,... Deutéronome 1:1

Ce verset suggère que l’écrivain est en Terre Promise alors que Moïse n’est jamais arrivé de ce côté là du Jourdain. Il est mort de l’autre côté du Jourdain.

Moïse adressa encore ces paroles à tout Israël :... Deutéronome 31:1

En ce jour-là, Moïse écrivit ce cantique, et il l’enseigna aux enfants d’Israël. Deutéronome 31:22

Or, Moïse était un homme fort patient, plus qu’aucun homme sur la face de la terre. Nombres 12:3

Moïse parlerait-il de lui-même à la troisième personne ? C'est peu probable.

Deutéronome raconte la mort de Moïse

Moïse, serviteur de l’Éternel, mourut là, dans le pays de Moab, selon l’ordre de l’Éternel. Et l’Éternel l’enterra dans la vallée, au pays de Moab, vis-à-vis de Beth-Peor. Personne n’a connu son sépulcre jusqu’à ce jour... Deutéronome 34:5-6

Cela n’a pas empêché certains auteurs tels que l’historiographe romain Flavius Josèphe ou le philosophe Philon d’Alexandrie (tous deux du Ier siècle) de considérer que Moïse a raconté sa propre mort. Le Talmud, un des textes fondamentaux du judaïsme rabbinique, suppose une rédaction de cette partie du livre par Josué.

Dès le Ve siècle de notre ère, saint Jérôme a commenté Deutéronome 34 en suggérant que le “jusqu’à ce jour” du verset 6 fait référence au temps d’Esdras après le retour de l’exile de Babylone. Le fait que son sépulcre soit inconnu suggère que plusieurs années se sont écoulées entre la mort de Moïse et la rédaction du texte. Il est invraisemblable qu’un contemporain de Moïse comme Josué ait écrit cette partie du récit à moins de conclure qu’ils aient oublié où ils ont enterré Moïse en moins d’une génération.

Il n’a plus paru en Israël de prophète semblable à Moïse, que l’Éternel connaissait face à face. Nul ne peut lui être comparé pour tous les signes et les miracles que Dieu l’envoya faire au pays d’Égypte contre Pharaon, contre ses serviteurs et contre tout son pays, et pour tous les prodiges de terreur que Moïse accomplit à main forte sous les yeux de tout Israël. Deutéronome 10-12

La phrase "Il n’a plus paru en Israël de prophète semblable à Moïse" n’a de sens que si beaucoup de temps se sont écoulés depuis la mort de Moïse. L’intention de l’auteur est de souligner la gravité de l’absence d’un prophète comme Moïse après plusieurs générations.

Mais qui a donc écrit le Pentateuque ? Les exégètes chrétiens tels que  Andreas Rudolf Bodenstein, Andreas Masius, Richard Simon ou Baruch Spinoza, ont pensé qu’Esdras était le véritable auteur du Pentateuque. Cela placerait la rédaction du Pentateuque au premier millénaire avant notre ère et non au deuxième comme le veut la tradition. En effet, Esdras est un prêtre et scribe juif qui a mené environ 5000 exilés Judéens de Babylone à Jérusalem en 459 av. J.-C.

Il y a des anachronismes historiques

Un anachronisme est une erreur de chronologie qui consiste à placer dans une œuvre un concept ou un objet qui n’existait pas encore à l’époque illustrée par l’œuvre.

Abraham ben Meir ibn Ezra en a remarqué quelques unes dans le texte du Pentateuque, ce qui montre que celui-ci ne peut-être que beaucoup plus tardif que l’époque de Moïse. On peut citer :

  • La présence de Cananéens dans le pays

Abram parcourut le pays jusqu’au lieu nommé Sichem, jusqu’aux chênes de Moré. Les Cananéens étaient alors dans le pays. Genèse 12:6

Ce verset sous-entend que du vivant de son auteur, il n’y avait plus de Cananéens en Terre d’Israël ce qui n’est pas cohérent avec une rédaction par Moïse. En effet, le pays de Canaan a fait l’objet de conquête et de partage par les Hébreux vers le XIIe siècle av. J.-C. Mais les enfants d’Israël n’ont pas pour autant complètement exterminé les Cananéens. Ces derniers sont encore mentionnés dans la Bible pendant encore longtemps comme étant présents en Terre Promise tout en éprouvant les enfants d’Israël.

  • L'existence d'un roi chez les enfants d’Israël

Voici les rois qui ont régné dans le pays d’Édom, avant qu’un roi régnât sur les enfants d’Israël. Genèse 36:31

Ibn Ezra pense qu’une rédaction du temps de David pourrait expliquer au moins quelques unes des incohérences du Pentateuque. En effet, un verset comme celui-ci a logiquement été rédigé après l’institution de la monarchie chez les enfants d’Israël. Saül a été le premier roi d’Israël et de Juda de 1050 av. J.-C. à 1010 av. J.-C., suivi de David (début du Xe siècle av. J.-C.)

  • L'existence de la ville de Dan

Dès qu’Abram eut appris que son frère avait été fait prisonnier, il arma trois cent dix-huit de ses plus braves serviteurs, nés dans sa maison, et il poursuivit les rois jusqu’à Dan. Genèse 14:14

Dan était le cinquième fils de Jacob. Après la conquête de Canaan du temps de Josué, la tribu de Dan a reçu sa portion de terre. A l’époque des Juges, les Amoréens repoussèrent les fils de Dan dans la montagne (Juges 1:34). Ils ont ensuite été oppressés par les Philistins. Ils en ont été délivré une première fois par Shamgar qui battit 600 Philistins avec un aiguillon à bœufs (voir Juges 3:31), mais Samson, un juge de la tribu de Dan n’a pas pu en faire de même en Juges 18:1-31. Les Danites ont été forcés de migrer.

En ce temps-là, il n’y avait point de roi en Israël ; et la tribu des Danites se cherchait une possession pour s’établir, car jusqu’à ce jour il ne lui était point échu d’héritage au milieu des tribus d’Israël. (Juges 18:1)

Les Danites vont conquérir la ville de Laïs pour y habiter :

Les fils de Dan rebâtirent la ville, et y habitèrent ; ils l’appelèrent Dan, d’après le nom de Dan, leur père, qui était né à Israël; mais la ville s’appelait auparavant Laïs. (Juges 18:28-29)

Cette conquête est aussi décrite dans Josué 19 à la différence que la ville est appelé Léschem au lieu de Laïs :

Les fils de Dan montèrent et combattirent contre Léschem ; ils s’en emparèrent et la frappèrent du tranchant de l’épée ; ils en prirent possession, s’y établirent, et l’appelèrent Dan, du nom de Dan, leur père. (Josué 18:47)

La mention de Dan au temps d’Abram dans Genèse 14:14 est donc un anachronisme puisque Dan n’était pas né pour qu’une ville de Canaan porte son nom. La ville de Dan existe environ 400 ans après la mort de Moïse.

Conclusion

Après un siècle et demi de débats, les érudits bibliques modernes sont parvenus au consensus suivant sur le texte du Pentateuque : il n’a pas été rédigé par Moïse seul au second millénaire avant notre ère mais est le fruit d’un processus littéraire complexe de transmission orale, écrite, voire les deux, qui n’a été terminé qu’à la période d’après l’Exile (premier millénaire avant notre ère). Il n’est pas cependant à exclure que Moïse soit l’auteur de quelques portions du Pentateuque, mais il s’agit ici d’admettre qu’il n’est pas le seul et que le tout a été assemblé bien plus tard, après le retour de l’exile.

Cette conclusion nous aidera par la suite à comprendre pourquoi le livre de la Genèse a été écrit et combien il est compatible ou non avec la science moderne.

Etes-vous plutôt d’accord avec la position traditionnelle ou avec celle de la recherche moderne ?

Trouvez-vous important de savoir qui a écrit le Pentateuque et quand ?

Références

  1. Albert de Pury et Thomas Römer, Le Pentateuque en question, p.12